Tiz-on Recordz – Funkaholics

funkaholics2010

Après le succès de l’album «Secret Défonce»,Tiz-on Recordz revient avec un second projet intitulé «Funkaholics», une potion fortement alcoolisée aux arômes de P-funk et G-funk coupé à un flash de Talk box avoisinant les 57°.
Comme on ne change pas une recette qui défonce, les prods sont une nouvelle fois intégralement assurées par les beatmakers maison : Jack Metzrine & Doctor Frost.

Avec cet opus très consistant (22 titres pour 79 minutes), ils placent définitivement MetzSide sur la carte G-Funkologique en présentant un album davantage recentré sur les membres du Tiz-on Recordz que le précédent, Faiko et Doctor Frost partagent le mic avec des invités de qualité tels que Big Prodege (South central Cartel), Money B (Digital underground), Dazzle 4 Life, J’L’tismé (TSN), Rma2n, El Kaye, Young Ace, Tresjur ,NX (Mafia Canine), Don Cool (Da Funkyard), Mexicution, Dobé Äs, Big Cisco et bien d’autres.

Bien sur la talk box (assurée par Jack Metzrine, Bigg Mozz et T-Trippin sur un titre) est fortement présente sur le projet pour le bonheur des toxicos du tuyau (Roger Troutman RIP).

L’artwork signé Mahon est un vrai chef d’œuvre, qui résume à lui seul l’état d’esprit et la ligne directrice du projet : un album hommage au P-Funk et à l’âge d’or du G-funk…Way Back !!!

D’ailleurs Mr George Clinton en personne a validé la front cover lors de sa venue à Paris pour son concert au Cabaret Sauvage.

Tracklist

01. The Funkaholics
02. Way Back feat. Money B
03. Addiction feat. NX
04. Life Style feat. Big Prodeje, Dobé As & Rma2n
05. Jee-P-Funk feat. J’L’Tismé
06. Souvenirs d’enfance feat. Mario
07. Hub City feat. Tresjur & Young Ace
08. My World feat. Dazzle 4 Life
09. Tribute to Roger
10. M Funk
11. Démons feat. Fabio
12. Bang Bang feat. Mexicution
13. Vodka Koma
14. Lurkin’ feat. El Kaye
15. Let’s Get Bounce
16. Eh La!!!
17. We got it
18. Juste un regard feat. L-Ti & Cali
19. Tireur de Litres feat. Orlando
20. Faiko-Frost
21. Kali Anthem feat. Mexicution & Big Cisco
22. Tonight feat. Don Cool

Commander le CD :

FRANCE: 10 euros (frais de port inclus)


WORLDWIDE: 12 euros (shipping included)

for wholesale, contact us : [email protected]

Logos de solution PayPal

Format digital :

Chronique parue dans Rap Mag

« Les portraits de Roger Troutman et Easy-E planant sur les sommets de la colline d’Hollywood rebaptisée Metzside pour l’occasion ainsi que la présence du George Clinton au centre de la cover indique d’entrée de jeu une chose : « Funkaholics » sera funky et gangsta ou ne sera pas. Rangez vos pianos à corde et vos violons, Jack Metzrine et Doctor Frost ont ressorti leurs synthés, basses et talk box des cartons.

Productions gorgées de soleil, invités issus du mouvement G-Funk, du old-timer Big Prodeje du SCC aux Japonais de D4L en passant par J’L’Tismé de TSN, cette compilation n’a finalement que pour seul défaut de voir apparaître quelques rappeurs en deçà des instrumentaux concotées par les 2 précités. »

Fizzle – Rap Mag

Interview réalisé par Thierry Accao-Farrias

Un Tiz-on Recordz Pur Funk

Après le succès de l’album « Secret Défonce », le collectif originaire de Metz Tiz-on Recordz revient avec un second projet intitulé « Funkaholics », un disque aux sonorités P-Funk et G-Funk mêlant grosses basses et talk box offrant ainsi à l’auditeur un voyage musical de haute qualité.

Pouvez vous présenter Tiz-on Recordz et les membres qui constituent le label ?

Tiz-on Recordz existe officiellement depuis 2004 mais notre voie artistique a énormément évolué au fil des ans. A la base nous étions un collectif de beatmakers mais ça ne nous suffisait pas, on voulait être maître de nos projets et de nos choix artistiques, d’où l’idée du premier album « Secret Défonce » entièrement produit et distribué par nos soins et qui a rencontré un franc succès. Ceci nous a conforté dans le choix d’évoluer non seulement en tant que label mais aussi en tant que groupe capable de défendre ses projets sur scène. La formation actuelle du groupe est composée de 4 membres actifs : Doctor Frost (Beatmaker & MC), Jack Metzrine (Beatmaker & Talk boxer), Bigg Mozz (Manager & Talk boxer) & Faiko (MC).

Plus en retrait il y aussi Awax et Buddy Bud (tous deux beatmakers), Mialie (chanteuse) et Mr Greggo (Manager et Photographe) qui complètent l’effectif de Tiz-on Recordz. Tous les membres sont issus de la ville de Metz et de ses alentours.

Qu’est le rap westcoast et ses spécificités sonores (Talk box, rythmes, basses, etc.) ?

Le rap westcoast a comme principale influence le P-Funk qui se caractérise par ses mélodies au synthé et aussi ses grosses basses rythmées. Les principaux représentants (pour ne citer qu’eux) de ce style sont Parliament, Funkadelic, Bootsy’s Rubber Band, Zapp & Roger, Gap Band ou encore Bar Kays. Les premiers producteurs de G Funk (Gangsta Funk) sont allés creuser dans ces répertoires pour sortir des samples qui ont été à l’origine de nombreux hits : Ice Cube – How to survive in South Central, Snoop Doggy Dogg – What’s My Name, etc.

Les claps sont aussi très présents dans les rythmiques. Il y a beaucoup de refrain chantés avec une touche de talkbox ou de vocoder sur certains titres. On peut dire que c’est un dérivé direct du P-Funk en plus épuré et adapté au style de la rue.

Après le succès de l’album « Secret Défonce » vous venez de sortir un second disque intitulé « Funkaholics ». Pouvez nous en dire plus sur ce projet?

Pour notre second album, on a voulu frapper un grand coup et ne surtout pas sortir un projet en demi-teinte qui aurait déçu notre public. On ne voulait pas non plus tomber dans la facilité et faire un « Secret Défonce 2 ». Le résultat : 2 ans de travail pour un album très dense (22 titres pour 79 min) et de qualité, des influences funk et westcoast totalement assumées et maîtrisées, entièrement composées par les producteurs maisons Doctor Frost & Jack Metzrine.

Cet album signe également l’arrivée de deux nouveaux membres dans l’effectif du Tiz-on Recordz – Bigg Mozz et Faiko – mais aussi l’avènement de Doctor Frost au micro donnant à l’ensemble une réelle identité de groupe que l’on peut apprécier notamment sur scène.

Ce qui saute aux yeux, et surtout aux oreilles, c’est la participation de MCs légendaires américains comme Big Prodeje et Money B de Digital Underground. Comment se sont faites ces connexions ?

La majeure partie de nos connexions avec les artistes américains sont l’œuvre de notre manager Bigg Mozz qui est un fin connaisseur de la culture G Funk. Il a réussi à trouver les mots justes pour leur présenter notre projet et leur demander d’y participer, le tout via le net et le téléphone. Il a réussi un travail exceptionnel.

Sur la pochette du disque, on peut voir Georges Clinton, Eric « Eazy-E » Wright de NWA et Roger Troutman. Ce sont des artistes qui comptent beaucoup pour vous ?

Ce sont tous des pionniers et des artistes influents de la musique G Funk. Georges Clinton est une légende vivante avec une source inépuisable de créativité. Tous ses formations (Funkadelic, Parliament, etc.) sont à la base des classiques qui tournent encore et qui ont été samplés par beaucoup de producteurs de hip hop. Roger Troutman est aussi un maître dans son style. Il a poussé la Talk Box au maximum avec un feeling incomparable. Je peux te dire que ses CDs ont fumé et fument encore au Sablon ! Pour nous c’est une référence, un modèle unique depuis qu’on est dans le son. C’est aussi un modèle de travail. Quand tu vois certaines vidéos tu vois le côté professionnel et le perfectionnisme dans chaque aspect de la production et là tu t’aperçois que ces mecs ne sont pas arrivés à leur niveau pour rien. Après il y a la touche de génie qui fait qu’ils sont indétrônables parce qu’ils ont révolutionné la musique sur différents points. Easy E est à la base de NWA, le groupe mythique qui a propulsé la G Funk au-devant de la scène alors que personne ne prenait cette musique au sérieux. Il venait de nulle part et il a réussi à fonder le premier gros label G Funk (Ruthless Records) en signant des artistes majeurs comme Dr Dre et Ice Cube. Sur la cover, il symbolise le gangsta rap et le life style de cette musique. Que l’on y adhère ou pas il représente l’origine de ce mouvement. C’est le passage de relais entre les origines funk et une musique encore plus urbaine et hardcore.

La scène west coast française s’impose en Californie. D’où vient cet engouement ?

C’est vrai que les connexions entre artistes français et californiens se multiplient. Je pense qu’ils ont compris qu’on était très carré dans notre travail et qu’on avait totalement assimilé leurs vibes. Ils aiment notre côté mid 90’s, ils voient qu’on fait ce que l’on aime et qu’on essaye pas de reproduite les mêmes sont que les producteurs à la mode. On reste fidèle aux racines musicales. Ensuite il y a aussi l’aspect financier : ça sera toujours moins cher pour eux d’engager un producteur français talentueux plutôt qu’une pointure de Californie. Beaucoup de nos compatriotes se sont fait pigeonner dans ce genre de connexions mais bon ça reste toujours très positif de travailler avec des gens de renom.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on Tumblr